Menu

Sur

Sobre

Le projet

Il faut retourner dans le passé. La première fois que j'ai vu cette série de photographies, une étrangeté me bat. Photographies que dans un coup d'œil hâtif, iraient par le tas simple d'images débranchées. Ces images sont allées au-delà de. Ils étaient le mystère et le temps, ils étaient Naoni.

Naoni qui apparaît indéfini, n’a pas de forme, c'est la force. La force de la Nature, délicate et grossière qu'il crée, elle donne la vie et elle fait pour changer. C'est Naoni qui construit et c’est lui qui détruit.

C'est la vague qui prend et qui retourne, qui s’écarte, Qui s'approche et qui fait choquer. Les photographies qui nous prennent à un autre état d'observation, établissant des relations parmi le réel, ludique et onirique.

Naoni vit dans l'essence créative du coup d'oeil des deux artiste qui s’unissent aux techniques et l'esthétique diamétralement éloignée et cela au s'ils trouvent ils donnent la vie à quelque chose de plus grand. En meurent deux, naît un.

Naoni me prend à un rêve surréaliste où la ligne effilée de l'équilibre(du solde) entre la fiction et la réalité apparaît tendue dans des frictions et des ruptures qu'il peut nous prendre aux dimensions extraordinaires de l'imaginaire. Il n'existe pas "où, quand et pourquoi" dans ces photographies.

Leonardo Ramadinha


The artists

Ana Avelar

Née à Rio de Janeiro, Ana est photographe et économiste. Elle se consacre au développement d'une poétique à travers des techniques photografiques alternatives. Plus qu'une langue, la photographie est un stimulus sensoriel, de sentiment, de l'émotion. Ce n'est pas par hasard que le différent est ce qui l'attire; la nature, les formes et les gens exotique, sont les meilleurs compagnons d'un esprit en transformation constante.
Participe à des groupes d'étude de la photographie avec des artistes comme Leonardo Ramadinha et Greice Rosa.

Au cours des dernières années, elle a été présent dans des expositions collectives, des concours et des foires photographiques: “Minha Visão do Forte de Copacabana” – Fort de Copacabana RJ – 2015; “Forte Duque de Caxias: um cartão postal carioca” – Fort du Leme - RJ – 2015; “Somos todos Clarice” – Musée de la République – RJ -2016; “Todo Corpo Transborda” – Galerie Modernistes – RJ – 2017; “Natureza que Aflora” – Musée d'Art Moderne de la Bahia - BA - 2017; “IV Feira da Urca” – Ateliê da Imagem – RJ – 2018; “I Feira FotoRio Resiste” – Villa Aymoré – RJ – 2018; “Feira de Impressos a Casa no Museu” – Musée de la République – RJ - 2018 e “Sonhar Não Custa Nada” – 9° Festival de la photographie de Tiradentes– MG – 2019.



Noni Levinson

Né en Israël, mais a grandi en Rio de Janeiro, Noni est photographe et ingénieur. Il a commencé à prendre des photos dans son adolescence avec une caméra analogique. Il a passé plusieurs années sans photographier, et quand il a retourné le monde de photographie était déjà digitale. Il a un regard particulier sur les détails et ce que nous ne nous arrêtons généralement pas de voir, qui selon lui, est un exercice de voir la belle, du clic au traitement de la photo.

Il a participé des exposés comme :“O que o seu olho não vê” - Cafofo da Poppe - RJ - 2018 e “Sem nome” - Galeria Indoor - RJ - 2018.